María Flores
Créatrice et chercheuse en études pluridisciplinaires, je m’intéresse à la sintaxe de l'image, à la peinture, au dessin et à l’image en tant qu'objet photographique, au commissariat d’art, aux circulations artistiques, à la construction de la valeur de l’art dans le domaine éducatif et aux questions épistémologiques traversant cette discipline.

Recherche

Jardin, spiritualité, poésie : Le jardin, oasis de la pensée ou réseau de connaissance ?

Le jardin est compris ici, comme un espace de savoirs où l’individu, tout en s’abandonnant à son aspect le moins matériel, trouve l’opportunité de s’épanouir sous forme de réseau de connaissance. Tout au long de cette réflexion, nous assisterons à un parcours à travers la pensée et l’œuvre de certains philosophes qui se sont réfugiés dans leur jardin intérieur en tant qu’oasis de la pensée : de la monographie botanique de Freud au jardin-catalogue de Richard de Fournival. Notre corpus se verra également enrichi de quelques œuvres artistiques, comme le jardin de Dereck Jarman ou le jardin de Cairns à Grenoble, car elles donnent à concevoir cet espace dans une tension entre échappatoire et apprentissage : s’enfuir, prendre le temps d’apprendre, regarder une plante, cultiver la terre, tourner enfin, le Chronos en Kairos, ne serait-ce le but ultime de ce jardinage des savoirs dans un milieu sauvage ? Ce parcours par la dichotomie épistémologique et artistique du jardin, à partir de différentes sources philosophiques, artistiques et anthropologiques, nous permettra de répondre, par le biais d’une méthodologie transdisciplinaire, à la problématique qui suit : pouvons-nous comprendre le jardin en tant que discipline, en tant qu’outil d’organisation du savoir, tout en étant défini par ailleurs, comme une «i ndiscipline »  et une oasis de la pensée ? Cette dichotomie du clos, de l’espace ouvert par le lien, —dérivé de l’hortus conclusus et de son usage— nous amènera à faire un voyage entre la discipline de la germination du savoir et l’indiscipline de l’évasion et de la création de la « technologie de l’esprit ».